Etape 48: De Burgos à Hornillas del Camino

Meseta, trois syllabes qui évoquent le désert

 

Didier Heumann, Milena della Piazza

Pour de nombreux pèlerins, c’est à Burgos qu’on entre dans la Meseta. Certains prennent même la décision de gagner directement León par bus ou par train, de court-circuiter un parcours redouté qu’on leur a dépeint, comme une autoroute de l‘ennui, sans distraction, sans arbres. Et pourtant, il y a déjà quelques étapes qu’ils sont entrés tête basse dans la Meseta, depuis l’entrée en Castille.

Mais qu’est-ce au juste la Meseta? La Meseta centrale est l’unité de relief la plus ancienne d’Espagne, dont elle occupe la plus grande partie de la superficie. Son origine remonte au paléozoïque, l’ère primaire qui s’étend de 550 à 250 millions d’années, quand apparurent les poissons, lorsque de nombreuses plaques se sont heurtées en y créant des montagnes. Puis, le massif fut aplani par érosion, au mésozoïque, durant l’ère secondaire, ou l’ère des reptiles et des dinosaures, entre 250 et 65 millions d’années. Ce fut alors une grande pénéplaine, qui bougea encore, au cénozoïque, durant les ères tertiaire et quaternaire, de 65 millions d’années à nous jours. La formation des Alpes, l’érosion et les sédiments marins du quaternaire donnèrent le relief actuel. La formation des Alpes altéra aussi les rebords de la Meseta, provoquant l’apparition du Massif galicien et des montagnes du León à l’ouest, de la Cordillère cantabrique au nord, du Système ibérique à l’est et de la Sierra Morena au sud. L’Espagne est donc comme une grande forteresse entourée de montagnes. On ne le sait généralement pas, mais l’Espagne est le deuxième pays le plus montagneux d’Europe, après la Suisse.

La Meseta, dite Meseta Central, se divise en deux parties séparées par le Système central. La Submeseta Norte, la Meseta du Nord, se trouve à une altitude moyenne de 700 à 800 mètres, s’articulant autour de la grande rivière du Duero. La Submeseta Sur, au sud, est un peu plus basse, avec le Tage comme axe. Le Chemin de Compostelle se déroule uniquement dans la Meseta nord.

https://www.entrecumbres.com/sistemas-montanosos/meseta-central/

Comme le départ est à l’ère primaire, les roches sont donc surtout des roches granitiques, des gneiss, des schistes, des quartzites. Puis, la sédimentation marine a apporté son lot de calcaires, de marnes et d’argile. Vous aurez donc des roches et des sols souvent contrastés. Le processus de sédimentation est plus avancé sur le côté oriental de la Meseta, les matériaux durs et cristallins originel étant plus apparents sur le côté occidental.

Alors, enfonçons-nous encore plus dans cette Meseta, où certains diront objectivement qu’avec un champ sans fin à droite, puis un autre tout aussi semblable à gauche, ce n’est tout de même pas le bonheur qu’ils ont espéré en avançant un peu plus vers Santiago.

Aujourd’hui, les dénivelés (+105 mètres/-146 mètres) sont insignifiants. C’est de la balade à plat, avec juste une légère bosse avant d’arriver. Mais, bien sûr, si on fait ce trajet sous la pluie, ce n’est pas la même histoire.

 

Dans cette étape, la grande partie du trajet se passe sur les chemins. En Espagne, en dehors des villages et des villes, les routes goudronnées, pour la grande majorité, comportent des bandes herbeuses ou de terre sur les bas-côtés. Ainsi, le Camino francés est avant tout un vrai chemin, si on le compare aux autres chemins de Compostelle en Europe, où les parcours ne sont qu’à moitié sur les chemins:

Goudron: 7.0 km
Chemins: 13.4 km

Nous ne sommes allés qu’une seule fois sur le Camino francés. C’était lors d’un début de printemps très froid et fort pluvieux. La boue était souvent la règle. Alors, nous espérons pour vous que vous feriez ce chemin dans de meilleures conditions.

Pour vous aider à reconnaître les arbres, reportez-vous au petit résumé de botanique en introduction générale du chemin (dans le menu sous Articles récents).

Il est très délicat de préciser avec sécurité l’inclinaison des pentes, quelle que soit le système que vous utilisez. Les montres GPS, qu’elles mesurent la pression barométrique ou l’altimétrie, ne sont guère plus convaincantes que les estimations basées à partir des profils cartographiés. Il existe sur Internet très peu de sites qui permettent d’estimer des pentes à partir de cartes (3 au plus). Comme ces logiciels reposent sur une approximation et une moyenne autour du point recherché, il peut y avoir de grandes variations d’un logiciel à l’autre, en fonction de l’état des lieux ou de la variation entre deux points (par exemple un trou suivi d’une bosse très proche). En voulez-vous un exemple? Sur le GR36 qui longe la côte bretonne, l’altitude n’est que rarement supérieure à 50 mètres au-dessus de la mer. Mais, le chemin ne fait que monter et descendre. Pour un parcours d’une vingtaine de kilomètres, un logiciel vous donnera 800 mètres de dénivelé positif, un autre 300 mètres. Qui dit vrai? Pour avoir fait plusieurs fois le parcours, les jambes disent que le dénivelé est plus proche de 800 mètres! Alors comment procéder? On peut s’appuyer sur les logiciels, mais, il faut être prudent, faire des moyennes, ne pas tenir compte des pentes données, mais seulement des altitudes. A partir de là, ce n’est que de la mathématique élémentaire pour déduire les inclinaisons, en tenant compte de l’altitude et de la distance parcourue entre deux points dont on sait l’altitude. C’est cette manière de faire qui a été utilisée dans ce site. D’ailleurs, rétrospectivement, quand on fait en vrai le parcours estimé sur cartographie, on constate que cette manière de faire est assez proche de la vérité du terrain. Quand on marche souvent, on a assez rapidement le degré de pente dans l’œil.

Nous avons divisé le parcours en tronçons, pour en faciliter la visibilité. Pour chaque tronçon, les cartes donnent le parcours, les pentes trouvées sur le chemin et l’état des chemins. Les parcours ont été dessinés sur la plateforme Wikilocs. Aujourd’hui, il n’est même plus nécessaire de se balader avec des plans détaillés dans la poche ou dans le sac. Si vous êtes équipé d’un téléphone mobile ou d’une tablette, vous pouvez aisément suivre les trajets en direct. Pour ce parcours, voici le lien:

 

https://fr.wikiloc.com/itineraires-randonnee/de-burgos-a-hornillos-del-camino-par-le-camino-frances-33833994

 

Cliquez ici pour commencer l’étape sur le premier tronçon. Avant

Si le parcours ne vous intéresse pas, mais que vous voulez trouver le détail des logements présents sur le parcours, Vous pouvez le faire ici.

Cliquez ici pour le détail des logements. Avant