Section 1: A l’horizon se dessinent les Pyrénées.

 

Aperçu général des difficultés du parcours: sans grande difficulté, les pentes les plus prononcées sont en descente vers la rivière.

 Pas de longue traversée de la banlieue ici pour sortir de la cité. En quittant le bourg de Arzacq-Arraziguet, le GR65 se trouve rapidement en pleine campagne.

Le lac d’Arzacq est juste en dessous du bourg. Le lac se résume en un adorable ovale d’eau verte et sombre. Pas un souffle d’air ce matin. Les eaux moirées ne frissonnent même pas.

 Un petit chemin fait le tour de la moitié du lac.

 Puis, il longe la digue et s’en va dans les sous-bois.

 La montée dans le sous-bois de feuillus et de chênes est assez douce. Arzacq disparaît progressivement derrière les feuillages.

A la sortie du bois, le GR65 retrouve les maïs au bord du chemin bordé de broussailles.

 Puis assez rapidement, le GR65 emprunte une petite route goudronnée qu’il va suivre pendant de nombreux kilomètres.

 Ici, nous longeons la commune de Vignes. Le pèlerin aime à retrouver ces témoignages et ce genre de symbolique hétéroclite qui marquent parfois le chemin.

 Une indication est donnée pour un logement fort éloigné du chemin. C’est aussi que d’ici la route se met à descendre plus franchement vers la rivière. En Béarn, les chênes ne font plus vraiment la loi. Les espèces sont plus variées. On trouve par exemple de nombreux châtaigniers.

La descente est régulière, parfois accentuée, surtout dans les champs, plus rarement dans les maïs. A l’horizon se dessine la chaîne des Pyrénées, que l’on aperçoit pour la première fois. C’est toujours un choc pour le pèlerin qui passe ici. Être si près de l’Espagne, voire presque la toucher !

A l’horizon se découpent aussi les collines boisées et vertes du Béarn. Dans l’imaginaire des béarnais, le pays et un vrai pays de Cocagne, une contrée miraculeuse où la nature déborde de générosité et de bonheur.

 Un peu plus bas, à l’approche de la rivière, un large chemin de terre caillouteux remplace le goudron. Dans le sud-ouest, les cultures de maïs sont souvent très concentrées près des rivières et des ruisseaux.

Cliquez ici pour continuer l’étape sur le tronçon suivant. Avant

 

ou encore revenir sur  la page initiale de la présentation de l’étapeRetour