Etape 11: De Livinhac-le-Haut à Figeac par le GR65

De l’Aveyron au Lot

 

La pierre de Rosette est une plaque gravée trouvée en 1799, près de la ville de Rosette en Basse-Egypte. Cette stèle de granit porte un décret de 196 av. J-C du pharaon Ptolémée V, composé de 3 écritures: hiéroglyphes, démotique et grec. Elle est exposée au British Muséum de Londres. On sait bien que le déchiffrage de cette stèle a été établi par Jean-François Champollion (1790-1832), dit Champollion le jeune, natif de Figeac, dans la rue de la Boudousquairie, le septième et dernier enfant d’un père libraire et d’une mère tisserande.

Situons l’étape sur la carte généralede la Via Podiensis. La première partie du parcours est dans le département de l’Aveyron, que nous quittons bientôt pour le département du Lot. L’étape du jour passe donc sans transition des Ségalas à la Limargue. Le chemin part direction ouest, quitte l’Aveyron pour gagner le Lot. L’étape s’achève à Figeac, la ville de Champollion, au bord de la Célé.

 

 

 

 

Aujourd’hui, nous sommes situés entre les Ségalas et la Limargue. Ces territoires sont assez contrastés.

Le sous-sol des Ségalas, qui repose sur le massif granitique du Massif Central est souvent transformé en roches métamorphiques que sont les gneiss et les schistes. Les sols qui en sont issus sont acides, pauvres et peu productifs pour l’agriculture.  C’est la raison pour laquelle cette région appelée « ségala » doit son nom au fait qu’on ne pouvait guère que faire pousser du seigle ici, et non du blé. Seuls, les fonds des vallées, avec le dépôt d’alluvions, permettaient de meilleures cultures. Bien sûr, avec le temps, de nombreux terrains ont été amendés. Cependant, sur les versants des vallées, rien n’a vraiment changé. La forêt recouvre encore largement les versants exposés au sud de chênes et de châtaigniers formant des taillis ou de hêtres et de résineux sur les versants exposés au nord. Parfois une prairie apparaît sur un replat, au bord d’un ruisseau, là où il y a des alluvions. Des vestiges de landes avec genêts, fougères et bruyères subsistent encore largement.

L’arbre symbole de toute la région est incontestablement le châtaignier, qui a constitué pendant des centaines d’années la base de la nourriture locale. S’ils ont disparu des fonds de vallées, ils restent encore en nombre sur les versants non cultivables, où ils peuvent même former des taillis presque impénétrables.

En contraste, la Limargue, c’est de la roche sédimentaire (calcaires, marnes, grès). Ces roches fournissent un sol riche et fertile. La Limargue est un pays de douces collines verdoyantes. Elle abrite Figeac.

Les dénivelés aujourd’hui (+532 mètres/-511 mètres) sont très raisonnables pour une étape assez longue, même si, entre Lot et Célé, la journée promet quelques bosses à gravir, quoiqu’assez supportables. La première qui mène à Montredon n’est pas légère. Le reste du parcours équivaut à un jeu de pistes où on passe souvent du goudron au chemin de terre, souvent boueux en cas de pluie. Une longue descente le long des collines nous conduit à Figeac.




L’étape du jour se passe plus sur le goudron que sur les chemins, comme il est souvent l’usage sur le Chemin de Compostelle: 

Goudron : 15.5 km

Chemins : 10.5 km

Pour vous aider à reconnaître les arbres, reportez-vous au petit résumé de botanique en introduction générale du chemin (dans le menu sous INFO, Via Podiensis).

Nous avons divisé le parcours en plusieurs tronçons, pour en faciliter la visibilité. Pour chaque tronçon, les cartes donnent le parcours, les pentes trouvées sur le parcours, et l’état des chemins.

Il est très délicat de préciser avec sécurité l’inclinaison des pentes, quelle que soit le système que vous utilisez. Les montres GPS, qu’elles mesurent la pression barométrique ou l’altimétrie, ne sont guère plus convaincantes que les estimations basées à partir des profils cartographiés. Il existe sur Internet très peu de sites qui permettent d’estimer des pentes à partir de cartes (3 au plus). Comme ces logiciels reposent sur une approximation et une moyenne autour du point recherché, il peut y avoir de grandes variations d’un logiciel à l’autre, en fonction de l’état des lieux ou de la variation entre deux points (par exemple un trou suivi d’une bosse très proche). En voulez-vous un exemple ? Sur le GR36 qui longe la côte bretonne, l’altitude n’est que rarement supérieure à 50 mètres au-dessus de la mer. Mais, le chemin ne fait que monter et descendre. Pour un parcours d’une vingtaine de kilomètres, un logiciel vous donnera 800 mètres de dénivelé positif, un autre 300 mètres. Qui dit vrai ? Pour avoir fait plusieurs fois le parcours, les jambes disent que le dénivelé est plus proche de 800 mètres ! Alors comment procéder ? On peut s’appuyer sur les logiciels, mais, il faut être prudent, faire des moyennes, ne pas tenir compte des pentes données, mais seulement des altitudes. A partir de là, ce n’est que de la mathématique élmentaire pour déduire les inclinaisons, en tenant compte de l’altitude et de la distance parcourue entre deux points dont on sait l’altitude. C’est cette manière de faire qui a été utilisée dans ce site. D’ailleurs, rétrospectivement, quand on fait « en vrai » le parcours estimé sur cartographie, on constate que cette manière de faire est assez proche de la vérité du terrain. Quand on marche souvent, on a assez rapidement le degré de pente dans l’œil.

Les logements sur le parcours sont signalés dans donner de détails. Vous trouverez plus de détails sur les logements en fin de parcours. Les parcours ont été dessinés sur la plateforme « Wikilocs ». Aujourd’hui, il n’est même plus nécessaire de se balader avec des plans détaillés dans la poche ou dans le sac. Si vous êtes équipé d’un téléphone mobile ou d’une tablette, vous pouvez aisément suivre les trajets en direct. Pour ce parcours, voici le lien:

 

https://fr.wikiloc.com/itineraires-randonnee/de-livinhac-le-haut-a-figeac-par-le-gr65-30077496

Cliquez ici pour commencer l’étape sur le premier tronçon. Avant

Si le parcours ne vous intéresse pas, mais que vous voulez trouver le détail des logements présents sur le parcours, Vous pouvez le faire ici.

Cliquez ici pour le détail des logements. Avant